COMPTE RENDU MISSION ASSOCIATION ON HEM LE CAMEROUN
HOPITAL DE DOUALA DU 9 AU 17 MAI 2015

MISSION CHIRURGICALE & ANESTHESIE
CHIRURGIE VISCERALE  Dr MICHEL DOMBRIZ
ANESTHESISTE  DrPIERRETTE CAUSSADE

Objectif :
Nous avions prévu une mission centrée sur une pathologie d’organe (chirurgie ano rectale)
Ce programme n’a pas pu être respecté par manque de patients
La consultation de lundi matin avec le docteur Masson a permit de sélectionner quatre dossiers pour une approche large de la chirurgie digestive
Tumeur gastrique, tumeur colon droit avec envahissement duodenal, cardia, amputation abdominale périnéale
Le programme de la semaine s’est complété par une colostomie, une hémorragie digestive nécessitant une gastrectomie, une péritonite appendiculaire, une splénectomie sur rate hématologique, une entérite nécrosante du nourrisson
Réalisation :
Coopération de qualité de l’équipe du bloc, fruit d’une cinquième expérience qui permet des échanges de confiance et de respect.
Bloc opératoire nettement amélioré par de nouveaux scialytiques de dernière génération
Carence des lave mains toujours défectueux.
Equipe à l’écoute intéressée par la mission et disponible même un jeudi férié (ascension)
Les interventions se sont déroulées dans de très bonnes conditions avec la participation de tous (panseuses anesthésistes aides et brancardiers)
Pas de gestes endoscopiques
Bonne approche de gestes basiques pour des interventions conséquentes( gastrectomie totale élargie, oeso cardia ,DPC)
Quelques manques sur les sutures automatiques qui restent un garant de qualité et de rapidité donc au final de sécurité et d’économie

Avenir :
Nécessite de structurer l’équipe de chirurgie digestive
Docteur Masson trop seule surbookée donc trop de charges source de fatigue et d’énervement.
Nécessité d’être secondée pour échanges et progression
Poursuivre l’effort sur le maintien des structures
Plusieurs démarches ont été faites pour trouver un confrére pas de candidat (rémunération? compétence ?)
Proposition de maintenir notre aide et de contacter d’autres organismes de soutien (formation chirurgicale solidaire)
Nous continuerons nos échanges et nos conseils via internet et compléterons notre aide dans des spécialités et des techniques nouvelles sur le terrain

MISSION ONCOLOGIE – Dr Philippe DUTIN

Etat des lieux :
1 médecin oncologue  Dr Esther DINA BEL
Organisation correcte avec :
Consultation lundi et vendredi
Chimiothérapie ambulatoire en Hôpital de jour mardi et vendredi
Activités universitaires jeudi
Projets de recherche clinique (activité anti-angiogénique de la chloroquine, intérêt d’un suivit nutritionel)
Volume d’activité très important (25 à 35 patients par jour)
Sein, gynécologie (col)
Cancers ORL (cavum++++)
Prostate
Autres (bronche, digestif, sarcome)
Réunion de concertation pluridisciplinaire le mercredi après-midi
Réunion « groupe de parole patients » mardi aprè-midi
Hospitalisation dans le service de médecine
Collaboration étroite avec le service de radiothérapeutes
Problèmes
Volume d’activité trop important pour un seul médecin qui manifeste des signes évidents d’épuisement professionnel
Protocoles de traitement de chimiothérapie adéquats mais obligatoirement adapté compte tenu des problèmes financiers pour accéder aux molécules classiques
Parcours de soins trop imprécis car pas de poste soignant de coordination et pas d’unité de lieu, rendant difficile les : liaisons entre consultation, hôpital de jour, hospitalisation, radiothérapie
Pas d’accès aux thérapeutiques innovantes type « thérapeutiques ciblées » (Anticorps Anti-HER2,…)

Propositions :
Création d’un poste de coordination soignante
Formation et recrutement d’un deuxième oncologue  ou d’un médecin généraliste formé en oncologie : disponibilité du service d’oncologie du Centre Hospitalier de Bayonne pour accompagner ce projet
Création d’une unité de lieu de prise en charge : département d’onco-hématologie
Création d’un Institut du Cancer regroupant les activités d’hématologie, oncologie médicale, oncologie-radiothérapie, radiologie, anatomopathologie :
Unité de lieu dans un nouveau bâtiment ????
Moyens financiers ????

Perspectives à venir :
Intégration de l’Association « Franco-Africaine de Cancérologie » (AFAC) créée récemment par le Dr TOLEDANO (Oncoradiothérapeute à Paris)et le Dr COULIBALY (Oncologue en Côte d’Ivoire)
Participation du Dr MARTI à la prochaine mission de novembre 2015 (Oncologue et référent hémovigilance au Centre Hospitalier de Bayonne)
Participation du Dr DUTIN à la prochaine mission de mai 2016 avec la participation au congrès africain de cancérologie qui aura lieu à Yaoundé .

MISSION PEDIATRIE & DREPANOCYTOSE– Dr Camille RUNEL-BELLIARD
Évaluation de la possibilité de mettre en place une aide à la prévention des complications de la maladie drépanocytaire

Objectifs initiaux :
Rencontres avec les médecins concernés par le suivi de la maladie (hématologues, pédiatres) ainsi qu’avec l’association de patients dépendant de l’hôpital laquintinie. Evaluation des besoins et des attentes des différents acteurs de soin. Evaluation du système de soin et des besoins complémentaires éventuels à mettre en place.
Evaluation de la gravité locale de la forme homozygote de la maladie et des symptômes principaux des patients.
Mise en place d’une discussion avec les patients – sous forme de groupe de paroles – afin d’évaluer les besoins et les connaissances des patients.

Réponses aux objectifs :
Les échanges avec les différents médecins ont été très positifs et ont permis de mettre en avant la nécessité d’associer à la  prise en charge actuelle, une prévention des complications. En effet actuellement, les patients consultent essentiellement en cas de complications de la maladie et n’ont pas les moyens financiers nécessaires de consulter pour la mise en place de conseils de prévention. De même, les médecins concernés par la maladie sont eux aussi souvent « débordés » avec un nombre de consultation quotidien élevé ne permettant pas de prendre  le temps nécessaire  pour des consultations d’éducation thérapeutique ou de prévention.
L’évaluation de la gravité de la maladie – à travers une journée de consultations associées à l’évaluation d’un questionnaire médical- met en avant qu’un grand nombre de patients présentent une forme qui peut être peu sévère du fait de la persistance d’un taux élevé d’hémoglobine fœtale. Les taux retrouvés sur les électrophorèses sont souvent supérieurs à 15-20% ce qui est normalement extrêmement protecteur contre la vaso occlusion et l’anémie hémolytique.  Or lors des consultations le phénotype des patients était souvent sévère avec des complications qui survenaient très tôt dans l’histoire clinique de la maladie et une anémie importante malgré la persistance d’hémoglobine fœtale.

Propositions de programme de prévention :
Il est donc clair que la mise en place d’un programme de prévention des complications et d’éducation thérapeutique pourrait être extrêmement positive pour les patients concernés.

Ce programme de prévention ne peut être possible que par la mise en place d’un système de consultations peu onéreuses ou gratuites.  Il conviendrait que lors de ces consultations – qui peuvent être bi-annuelle dans un premier temps – un bilan biologique « de base » soit associé. Ce bilan devrait lui aussi être le moins onéreux possible et il comprendrait tous les 6 mois : NFS, réticulocytes ; fer sérique et transferrine ; urée et créatininémie ; ASAT, ALAT et yGT. Initialement  des RAI et une électrophorèse de  l’hémoglobine devraient être faites et  seraient à renouveler ensuite tous les 2 à 3 ans selon le contexte.

En cas de symptômes cardiaques (signe d’insuffisance cardiaque notamment)  une échographie cardiaque serait nécessaire.

En cas de suspicion d’apnée du sommeil – avec anémie hémolytique importante – une consultation ORL devrait être programmée.
Enfin en complément de ces consultations gratuites ou peu onéreuses biannuelles – des groupe de paroles et d’éducation thérapeutique avec mise en place de matériel d’éducation (affiches, livrets) – devraient aussi avoir lieu de façon biannuelle.  Ces rassemblements ou causeries pourraient être mise en place avec la participation de l’association des patients drépanocytaires. Une suppplémentation biannuelle par vitamine D pourrait etre très positive sur le long terme.
Pour terminer en association avec les médecins responsables de la prise en charge des patients sur l’hôpital général de Douala (Dr NGOUADJEU ; Dr BARLA) et l’hôpital de laquintinie ( Dr… nom voir avec eveline??) – il serait intéressant de mettre en place une fiche patient accessible rapidement dans le carnet de suivi et qui pourrait reprendre les complications les plus importantes et les derniers examens (cf annexe 1  ci jointe). De même, une « protocolisation » de la prise en charge pourrait être décidée par les intervenants concernés concernant notamment les conduites à tenir transfusionnelles ou thérapeutiques autres.  Je peux si besoin centraliser les réponses selon chaque médecin et créer une sorte de protocole de prise en charge applicable dans chacun des services concernés (annexe 2) .
Enfin nous pourrions simplifier le diagnostic de certaines complications au travers d’un questionnaire simple pour que chaque acteur de soin et notamment chaque médecin puisse vérifier systématiquement et quelque soit le motif de consultation initial. Le dépistage de certaines complications pourrait ainsi être fait plus rapidement.

Au total, on propose :
Des consultations peu onéreuses et/ou gratuites à raison de 2 à 3 jours par mission.
Des bilans biologiques peu onéreux et gratuits associés aux consultations. Et si possible le recours à certaines consultations spécialisées
La « protocolisation » de la prise en charge et du diagnostic d’éventuelles complications pour tous les centres concernés
La mise en place de façon semestrielle de groupe de paroles et d’éducation thérapeutique pour les patients au moins sur une journée avec l’association des patients drépanocytaires.

MISSION INFECTIOLOGIE – Dr Thierry PISTONE
Infections Nosocomiales – Hygiène et Rationalisation de l’antibiothérapie
CONSTAT EPIDEMIOLOGIQUE
La situation épidémiologique de l’écosystème bactérien de l’Hôpital Général de Douala est critique !
En 10 ans, la prévalence des bactéries multi-résistantes a littéralement explosé…  avec par exemple, les  entérobactéries productrices de résistance à l’imipénème (carbapénèmes = antibiotiques de dernière génération) qui sont ainsi passés de 1 à 40% selon les données du laboratoire (à titre de comparaison, la France est à 1%).  A l’initiative du laboratoire et avec le soutien de l’infirmier hygiéniste, une étude de l’écologie bactérienne des surfaces des différents services de l’hôpital est en cours et semblent indiquer que certaines souches de germes multi-résistants circulent de service en service….  Les études d’observation du service d’hygiène ont mis en évidence que près de la moitié des soignants ne se lavent pas systématiquement les mains à bon escient.

Si rien n’est fait à court terme, les conséquences de cette situation épidémiologique alarmante aboutiront immanquablement à l’impasse thérapeutique face aux infections nosocomiales – qui se traduira par une multiplication de décès  évitables et par détérioration de la réputation de l’HGD.

Il est donc urgent d’instaurer une solide politique de lutte contre les infections nosocomiales :
HYGIENE
mobilisation indispensable des  moyens humains et financiers nécessaires à l’instauration d’une politique d’hygiène optimale sous responsabilité directe de la direction
Sanctuarisation et ampliation des moyens et de l’autorité du service d’hygiène:
Approvisionnement sans rupture de stock de tous les produits nécessaires
solution hydro-alcoolique +++
désinfectants : surface, dispositifs réutilisables, etc…
Création d’un référent hygiène motivé par service devant rejoindre les membres du CLIN (biologie, pharmacie, hygiénite, référent services)
Programme systématique d’éducation  et d’habilitation coercitive ++ Cible : TOUS les professionnels de l’UGD, stagiaire compris.
LAVAGE DES MAINS SYSTEMATIQUE = CONDITION ESSENTIELLE +++
Objectif: 50% réduction fardeau «infections nosocomiales »
Mesures d’asepsie strictes  des soins
Les 4 temps de la désinfection avec les bétadine +++
Bannir l’alcool et son bon vieux coton ++ : fixation des bactéries sans réelle désinfection !!!

Mesures barrières et d’asepsie strictes dédiées
aux secteurs protégées
bloc, réa, grands brûlés, onco-hématologie
aux isolements de contact des patients porteurs de bactéries multi-résistants
Chaussures du « dedans » et du « dehors » +++
Surchaussures,  surblouse légère

Principe du  secteur « propre » et « septique » en Chirurgie :
Rénovation rapide de la salle 6 à dédier au bloc septique
Création d’un secteur septique en service de chirurgie
Secteur géographique et soignants dédiés +++

RATIONALISATION DE L’ANTIBIOTHERAPIE :  mobilisation indispensable de tous les moyens; en particulier
Réduction directive de la surconsommation et de l’inadaptation des prescriptions d’antibiotiques avec délivrance pharmmaceutique  initiale de maxi 72H pour réévaluation  systématique à 72 H +++   : désescalade à chaque fois que possible
Documentation microbiologique systématique avant l’initiation d’antibiothérapie (ECBU, Hémocultures, respiratoire + Cathéter)
Différer l’antibiothérapie à 72H en l’absence de sévérité ou de facteurs de vulnérabilité infectieuse – le temps du retour des prélèvements.
Protocolisation de la 1ère et 2ème intention du traitement présomptif des infections à l’UGD,  en attendant les résultats du prélèvement.
Bithérapies / trithérapies synergiques et bactéricides adaptées au point d’appel, aux facteurs individuels et à l’écologie bactérienne.
Jamais de monothérapie de fluoroquinolone, rifampicine, vancomycine,  fosfomycine +++
Respecter un maximum de 48H pour l’antibioprophylaxie en chirurgie ++
Référence du médecin généraliste en service de chirurgie  pour un objectif : arrêter les antibiothérapies non justifiées  +++
Modèle d’ordonnance dédiée aux antibiotiques en général
Modèle d’ordonnance dédiée aux carbapénèmes (imipénème, méro….)

RECRUTEMENT D’UN MEDECIN INFECTIOLOGUE consacrant une EQUIPE MOBILE D’INFECTIOLOGIE ET D’HYGIENE

MISSION SERVICE PHARMACIE – Fabienne MOREY

Très bon accueil et progrès dans la gestion avec de nombreux kits préparés à l’avance pour les blocs, la réanimation diminuant énormément le temps d’attente des unités. Lors de la dernière mission, les kits étaient le plus souvent préparés à la demande et l’IDE devait attendre la confection de celui-ci.
-La zone de stockage dédiée aux dons de Bayonne a été réaménagée: rangement, étiquettes claires grâce à l’étiqueteuse que le CHG de DOUALA  a acheté et qui est restée au sein de la pharmacie (remise au Dr ESSAKA lors de la restitution sur demande du DG).
Le listing des dons avec quantités et dates de péremption a pu être établi rapidement grâce au travail important de Stéphanie et sa bonne connaissance du logiciel.
Il est à noter que le logiciel de gestion des médicaments n’est spécifique des médicaments et n’est pas adapté à une gestion simplifiée.
Aussi il faudrait pouvoir renseigner sur chaque fiche produit des stocks mini qui permettrait d’automatiser le déclenchement des commandes (préconisation des commandes). L’informatisation du secteur avec en particulier la prescription informatisée est amorçée et sera un vrai progrès puisque le médecin pourra vérifier la disponibilté du médicament avant de le prescrire.
Il est remis en séance de restitution le listing des dons afin que chaque médecin puisse avoir accès au stock des dons.
La procédure de délivrance des dons est respectée à la pharmacie grâce au travail du Docteur Christelle NAKPEMIN.

Enfin nous soulignons la nécessité de ranger, étiqueter et lister le hangar qui contient les dons MEDSHARe ainsi que des dons de Bayonne que nous avons retrouvés par hasard (dons datant de septembre 2013). Ce hangar actuellement est sous la responsabilté de  Stanislas mais cette personne est seule pour ranger, trier !
Les médecins ne savent pas ce dont ils disposent dans cet hangar, où faute de rangement et de tris nous avons retrouvé un grand nombre de références périmées.
Aussi il faudrait mettre  au minimum une dizaine de personnes (étudiants en pharmacie) pendant quelques semaines pour faire l’inventaire de ce hangar et établir un listing informatique des produits détenus. Ce listing devra être communiqué au Docteur ESSAKA afin d’éviter de commander des références déjà stockées dans ce hangar.
Enfin il importe que les dispositifs médicaux ne soient plus commandés isolément par chaque clinicien mais que chacun établisse ses besoins, qu’une liste soit validée lors d’un COMEDIMS en présence des pharmaciens et cliniciens concernés. La commande des dispositifs médicaux sera ensuite réaliée par le pharmacien responsable des achats de médicaments et dispositifs médicaux

Je tenais à remercier très sincèrement toutes les personnes que j’ai rencontré. Votre accueil, votre disponibilité, votre cordialité m‘ont touchée, enrichi et émue.  Encore merci pour cette rencontre.

MISSION COMMUNICATION – Marie CAZENAVE

Creation d’une soirée caritative dès la mission de Novembre
Pour aider à la guerison des jeunes adultes atteints de Lymphome malin non hogkinien de 20 à 40 ANS
Prise en charge au CAMEROUN à L’hôpital Général de Douala
Une soirée de remerciement aux donateurs à la mission de mai
Contacts pris avec les Clubs de services  Rotary, Lions  et quelques chefs d’entreprises.

 

Laisser un commentaire

Set your Twitter account name in your settings to use the TwitterBar Section.